Category: General

More photos from Cate Blanchett during Giorgio Armani Prive Show for Haute Couture at the Paris Fashion Week

More photos from Cate Blanchett during Giorgio Armani Prive Show for Haute Couture at the Paris Fashion Week

More pictures from Cate during Giorgio Armani Privé Show in Paris, July 5th. Enjoy!!


 

Gallery Update: Events (Part II)

Gallery Update: Events (Part II)

Another update of the gallery and this one is even bigger than the last one! Not only because I’ve added more than a thousand photos, but because I checked almost the whole gallery and deleted many double files, all the double albums, put every album in the right order and created new albums. We are planning (Annie and I) other gallery updates, to add more pictures from older events, from movie’s set and HQ photoshoots, but we need your help, so please, donate here. Thanks and enjoy!

Let’s start! By clicking of the single pictures you’ll see the new addictions in every album, by clicking on the links under the pictures, you’ll open the new albums, created to allow a better perusal of the bigger albums (awards ceremonies). There are a few exclusive pictures, so I suggest you to open every icon!

From 1999



Gallery Links:

From 2000



From 2002



Gallery Links:

From 2003


Gallery Links:

From 2004


Gallery Links:

From 2005






Gallery Links:

From 2006



From 2007





Gallery Links:

From 2008




Gallery Links:

From 2009



From 2010


Gallery Links:

From 2001


Gallery Links:

From 2012


Gallery Links:

From 2013



Gallery Links:

From 2014





Gallery Links:

From 2015



Gallery Links:

From 2016


Gallery Links:

Elizabeth Stewart reveals what is like to dress Cate Blanchett

An enlighting conversaton with one of the best stylist in the world!

I’ve been styling Cate Blanchett for more than eight years. Because of her crazy schedule, she doesn’t have a lot of time for fittings. She has a very, very busy life—she has four kids—so she tends to come in for a fitting right before the event. I really have to know what she’s going to like.

Cate and I e-mail three to four times about dresses before we meet, so there have been some back-and-forth and images exchanged. Normally we try to prep all the clothes the night before a fitting because we often start very early.

When Cate and I are together, we’re looking for pieces for several events. We’ll do our fitting in Cate’s hotel, my studio—wherever works.

Today was a usual day working with Cate: She landed from Sydney, and we went right to work on what she would wear for some upcoming television appearances and the New York premiere of Carol. I had around 10 dresses to show her, but they were a solid 10 dresses. We have to be very quick when we’re together—we never have the luxury of a three-hour meeting. We fit about 20 events in less than an hour. Pictures are very critical during the process; we photograph everything. If I’m sending her off on a press tour, everything’s packed together, and there’s a PDF that describes exactly what the dress is, what it’s for, what accessories go with it. It’s very well documented.

One of my most memorable moments with Cate was one year at the Oscars when she was about eight months pregnant and wore the Dries Van Noten dress. She arrived that morning and tried on her dress for the first time, and then wore it. She’s really decisive. Six months before, literally all she said was, “I think I’d like to wear Dries to the Oscars,” and that was that. It just went from there. She will just drop something, and I’ll go with it.

She also loves new designers, so we really stay on top of that as well. For example, she wore this tattoo dress by Yacine Aouadi in New York, then an Esteban Cortazar piece to the London premiere of Carol. She is intensely curious; she’ll send me an e-mail about a designer and say, “What about this person?” And it’s always someone I’ve never even heard of, which is amazing.

After the fitting, we’re in the car, going to different events. We all eat in the car, or wherever we are. Everyone gets very mad at me because I always want to get In-N-Out Burger. Once I was in Tokyo with Cate and the whole team, and they all love sushi, so that’s what we ate every day for lunch.

Keep in mind, we’re also driving around with the big gowns in the car—they have to get from place to place. Cate’s team travels in the same car, so we’ll plan and chat about all of her upcoming events. Recently there was a dress designed for Marc Jacobs’s spring show, which for one reason or another did not make it onto the runway. When we were searching for a dress for the 27th Annual Palm Springs International Film Festival Awards Gala in January, they sent it to us as an option, and we loved it.

via Harper’s Bazaar

Cate Blanchett Birthday Project

Hello everyone. Here we go again, with another Birthday Project organized by Eden. Here are the details:

Hello guys and Welcome to the SECOND Cate Blanchett Birthday Project!
Last year we made a very beautiful video for Cate (watch here) and she recived it with a lot of love and thanks.

This year we are going to make a digital book.

How is this gonna work?

Every person who wants can write on our digital book. You can choose the form:

Handwriting (you should be able to scan it with a scanner only on a white paper)
texting
What should you write on the book?

Write: Name, age, country
Title: Happy Birthday in your naitve language
Body: You get 140-200 words (NOT MORE) where you can write about ONE of the following options:
– How did you discover Cate
– What effect Cate has on you
– What do you love about Cate the most
– If you met her you can tell about that experience
End: Put a full name of a song (including the performance you mean to) that you dedicate to Cate
Things you can add: a picture with Cate, a picture of Cate you took, a picture of an autograph you have, a picture of things you have in your room related to Cate
Deadline: All texts should arrive until MARCH 1ST, 2016. Send them all to the following adress: CBFbirthday2015@gmail.com (the same one from the last year lol) If you have any questions you can ask me here on the ask box / twitter / email .

Taking part in the project this year + special thanks: Mari, Nelly and Eva. Cate Blanchett Daily, Queen Cate, Cate Blanchett Fan, Carol Forum.

Please reblog this post so more people will be aware to out project

FAQs

Who can participate the project? – Everyone who wants to.
If I don’t want to do al things, can I just wish her happy birthday? – Sure, but we hope a lot of people will take part in everything.
Can I take a pic of myself with a “Happy birthday” poster? – Yes.
Can you guarantee Cate will receive the book? – sadly not, but we will try our best to make this work.

New press junket interview for Carol

Two video interviews, the first one from the Australian promotion


Gallery Links:

and the second one from the European promotion


Gallery Links:

Plus, an interview, in French, from l’Express

Carol, de Todd Haynes, filme Cate Blanchett en femme mariée, éprise d’une jeune photographe, dans l’Amérique des années 1950. Et une fois encore, la comédienne australienne est exceptionnelle.

Après Elizabeth, Charlotte Gray, Veronica Guerin, Blue Jasmine…, c’est la huitième fois que vous tenez un rôle-titre…

Ah oui? Je n’y avais pas pensé. Je vous assure que je n’y suis pour rien. Sinon, j’aurais demandé qu’on change le titre de Cendrillon, où j’incarnais la marâtre, pour “Belle-mère”, cela aurait fait neuf films! Plus sérieusement, pour Carol, c’est un pur hasard. A l’origine, le livre dont est tiré le scénario s’intitulait The Price of Salt (Le Prix du sel). Il est sorti en 1952, sous la signature de Claire Morgan, qui n’est autre que le pseudonyme de Patricia Highsmith (L’Inconnu du Nord-Express).

Le roman a fait scandale, et il a fallu quelque temps pour qu’il reparaisse sous un nouveau nom, Carol. Il aurait pu aussi s’appeler “Therese”, le prénom de la jeune fille dont Carol tombe amoureuse [interprétée par Rooney Mara]. En effet, la scénariste a changé le point de vue de l’histoire, de manière qu’on cerne mieux les deux femmes.

Le réalisateur Sydney Pollack (Out of Africa) aimait répéter que tout était politique, même une rencontre amoureuse. Dans ce cas, Carol, qui est un plaidoyer pour la tolérance et la cause féminine, est-il un film politique?

Ce n’est pas de l’agit-prop non plus! C’est très cynique de voir de la politique partout. Mais Sydney aimait bien provoquer le débat. Carol,c’est avant tout une histoire d’amour entre deux personnes isolées, marginalisées, mais volcaniques. Leur relation évolue dans un contexte social particulier, celui des années 1950, où une liaison homosexuelle, a fortiori quand elle engageait une mère de famille, provoquait des remous catastrophiques.

Le film ne joue pas la carte politique, mais expose les options qu’ont Carol et Therese, et souligne le courage de Carol pour assumer ses sentiments. C’est après la projection que peut naître le débat d’idées. Pendant, tout est fondé sur une élégance, une légèreté, une musicalité, plus présentes qu’un sous-texte politique.

L’élégance, justement, frise ici l’obsession tant tout est millimétré, jusque dans vos moindres gestes, votre port de tête, ou quand vous faites l’amour pour la première fois avec Therese – Rooney Mara…

Je voulais qu’on ressente chaque mouvement du personnage. Que Carol soit à la fois accessible et mystérieuse. Elle devait être fluide et inatteignable, afin qu’on ait envie de la connaître. Et, pour la fameuse scène que vous évoquez avec Rooney, il n’y a eu aucune gêne. Todd Haynes est d’une telle délicatesse! Comme tout créateur, il est très méticuleux, mais pas précieux.

Il a un grand sens de la beauté, de l’esthétique, mais il est aussi très rock’n’roll et sauvage. Son tact et son esprit libre-penseur créent une texture unique sur le plateau qui définit son travail, cela se ressent à l’écran. Regardez ses films précédents: Safe, Velvet Goldmine… C’est impertinent, cru, beau. Carol a ceci de plus que Todd s’adresse à un public plus large, tout en gardant son intégrité.

Vous parlez d’intégrité, mais n’y a-t-il pas des longs-métrages dans votre filmographie que vous avez acceptés juste pour le chèque?

Pour cela, il aurait fallu qu’on me le propose, ce gros chèque – car je suppose que la somme doit être conséquente pour qu’on accepte de faire une chose qui ne nous plaît pas! Vous allez être déçu: non. Je ne regrette absolument rien et j’assume toute ma filmographie.

Vous évoquiez Cendrillon. Avouez qu’on ne vous attendait pas là…

Et c’est justement pour cette raison que je l’ai accepté! Par exemple, quand on m’a proposé le rôle de Galadriel dans Le Seigneur des anneaux, mon agent m’a dit que je n’étais pas obligée, avec une pointe de mépris dans la voix. Je l’ai traité de malade et j’ai foncé – et, comme je prends mes propres décisions, j’ai des relations disons “costaudes” avec lui! Je me tue à lui expliquer que tout est risqué, qu’on peut avoir les meilleurs éléments à la base et se retrouver avec un ratage à l’arrivée.

C’est souvent l’imprévu qui apporte la grâce. J’en reviens à Cendrillon: le budget costumier, maquilleur et coiffeur prévu sur Carol était si petit qu’on économisait tout ce qu’on pouvait. C’est ainsi que les essayages de Carol se sont déroulés sur le plateau de Cendrillon.

Un gros film vous permet donc de soutenir des projets plus modestes?

Oui, mais ce n’est pas pour cela que j’accepte le gros film. Je m’intéresse autant aux blockbusters qu’à des oeuvres obscures de la Chine du Nord ou du Kazakhstan! Je n’ai pas d’oeillères. Woody Allend it qu’un mauvais film demande autant d’efforts qu’un bon. On doit juste être conscient de ce que l’on fait. Il y aura toujours des compromis et des contraintes, mais cela fait partie du contrat. Il faut en être conscient avant.

Je suis fière de Carol, un petit film indépendant dont le scénario circule depuis longtemps – il a été écrit il y a une quinzaine d’années – et auquel je suis attachée depuis six ans. Le montage financier a été compromis, la distribution a failli être annulée, la production a franchi divers obstacles sans s’éloigner du projet initial. Qu’il ait du succès ou non, qu’il soit récompensé ou non, on s’en moque. C’est le film qu’on voulait faire.

L’oscar remporté pour Blue Jasmine de Woody Allen a-t-il changé votre vie?

Non. Je me suis juste remise à croire à une carrière dans le cinéma. J’avais commencé à en faire le deuil, sans grands regrets, car je travaillais beaucoup par ailleurs, notamment avec une troupe de théâtre en Australie. Et puis j’avais mes enfants, dont je m’occupais davantage. Cet oscar m’a permis de me rappeler au bon souvenir de la profession et du public.

Vous venez d’adopter une petite fille, et vous aviez déjà trois enfants. Comment gérez-vous votre vie de famille?

Ma petite dernière m’accompagne dans mes déplacements promotionnels. En revanche, pour un tournage, j’essaie dans la mesure du possible de rester près de chez moi. Surtout que l’aîné traverse une période difficile, le cadet a des examens, le troisième attend qu’on ne soit pas à la maison pour faire la fête…

L’année dernière, j’avais un script formidable, mais j’ai dit que je le ferais à condition que le tournage ait lieu en Australie. Les producteurs ont évalué le budget, se sont aperçus qu’on pouvait filmer en décors… Du coup, ils ont accepté. Mais cela ne me dérange pas de refuser des films. Personne n’est indispensable, et il faut laisser du travail aux autres. Mon mari a une carrière, on a de quoi vivre, tout va bien.

On chuchote que vous avez rencontré votre mari à une partie de poker. C’est vrai?

Oui! Je joue aussi, mais pas très bien. J’ai rencontré Andrew lors d’une partie, on s’est embrassés et, trois semaines plus tard, on s’est mariés!

Et vous jouez encore?

Lui, surtout. Il se débrouille bien. J’aime le poker: c’est une leçon de vie et on apprend sur soi.

Votre carrière a décollé en même temps que celle de Kate Winslet. Elle avec Titanic, vous avec Elizabeth. On vous confond toujours toutes les deux?

Mais oui! Combien de fois ne m’a-t-on pas félicité pour Titanic! Je ne m’en lasse pas. Je ne démens pas et je dis merci. Il y a une semaine encore, quelqu’un m’a arrêtée et lancée: “Etes-vous qui je pense?” J’ai répondu: “C’est-à-dire?” – “Kate Winslet!” La personne était si contente… J’ai récolté les compliments et j’ai continué mon chemin. Et vous ne connaissez pas la meilleure? Kate et moi avons le même agent!

Lisez-vous ce qu’on raconte sur vous sur Internet?

Les réseaux sociaux sont un outil très pratique, mais c’est comme les toilettes: les graffitis sur les murs ne sont jamais très utiles. C’est parfois drôle, on peut dénicher un brin de poésie, mais cela demande de lire 1001 choses inutiles ou méchantes pour en trouver une notable… Je ne suis inscrite ni sur Twitter ni sur Facebook. Je préfère faire les choses que les commenter.

 

73rd Golden Globe Awards Photos

73rd Golden Globe Awards Photos

Good afternoon, everyone! Pictures from the 73rd Golden Globe Awards and After Party are up. I added these to the gallery last night and my internet went bananas, and could not make a post about it. I still have more pics to add, so, enjoy these for now!