Cate Blanchett on Rohingya refugees – Interviews III

Cate Blanchett on Rohingya refugees – Interviews III

Hello everybody!

Two more interviews for the campaign to help the Rohingyas living in Bangladesh.

Big Screen Al Arabiya


Cate Blanchett: “La llegada del monzón convertirá a los rohingyas en refugiados del clima”

La actriz australiana viaja Bangladesh como embajadora de buena voluntad de ACNUR

Más de 670.000 rohingyas han huido de la violencia en Birmania desde septiembre de 2017

La situación de miles de rohingyas refugiados en asentamientos en Bangladesh es una tragedia dentro de otra tragedia. Al trauma que han sufrido y a los escasos recursos de los que disponen se suman ahora fenómenos naturales propios de la temporada de monzones que amenazan su seguridad, como corrimientos de tierra, lluvias torrenciales o ciclones. Para conocer de primera mano la situación en el terreno y visibilizar la crisis, la actriz australiana Cate Blanchett ha visitado los campos de refugiados y hace un llamamiento en esta entrevista con EL MUNDO a la solidaridad de la comunidad internacional.

Éste es su tercer viaje como embajadora de Alto Comisionado de la ONU para los refugiados, ¿por qué la crisis rohingya?
Es el éxodo de refugiados que más rápido está creciendo, pero además se ve agraviado ahora por la época de monzones que amenaza a una comunidad traumatizada y marginada. Es vital que, mientras esperamos soluciones políticas -que son complejas y aún lejanas- la comunidad internacional contribuya a la increíble ayuda que está prestando Bangladesh como país de acogida.

Ha visitado los campamentos de Kutupalong, Nyapara y Chakmarkul, ¿qué es lo que se necesita con más urgencia?
ACNUR y otras organizaciones aportan lo básico, mantas, ropa, medicinas y comida básica; pero necesitan más apoyo. La gente cree que la ONU es un organismo con mucho dinero, pero ACNUR tiene que recaudar cada céntimo que gastan ahí. En mi viaje, conocí a una mujer cuyo precario refugio quedará aplastado por los corrimientos de tierra en cuanto las lluvias torrenciales lleguen. Va a ser una verdadera tragedia.

La ONU ha documentado “violaciones sistemáticas” por parte del ejército birmano. ¿Ha podido constatar la doble violencia que sufren mujeres y niñas?
He visto muy pocas familias completas. En los campos hay un número enorme de mujeres cuyos maridos están desaparecidos, que han sufrido violaciones o que han tenido que huir para no llegar a sufrirlas. Conocí a otra joven de 18 años cuyo marido había sido arrestado por el ejército birmano -posiblemente esté muerto- y tuvo que sobrevivir con su bebé de un año en la selva con muy poca comida durante seis meses hasta encontrar refugio en Bangladesh. Ella, su historia, representa la vulnerabilidad de las mujeres en este tipo de crisis. Se necesita más asistencia para protegerlas de la explotación, de la trata, para evitar que caigan en la prostitución… Es una amenaza muy real para miles de mujeres y niñas.

Una gran parte de la población de los campos son niños…
Sí, la mitad son menores de edad. Nunca he visto tantos niños solos, huérfanos. Había muchas chicas jóvenes cuyos hermanos varones habían sido quemados o asesinados a golpes frente a ellas. El trauma que han sufrido en su huida de Birmania es monumental y ahora se enfrentan un trauma medioambiental. Su nivel de ansiedad es inmenso.

Bangladesh ha mostrado una gran solidaridad, ¿cómo conviven los locales con la comunidad rohingya?
La minoría musulmana lleva décadas refugiada en el país vecino y conviven codo con codo. Parte de la recaudación de esta nueva campaña de donación irá destinada a las comunidades de acogida, que han sido tan generosas cediendo su espacio, su tiempo… Pero esta solidaridad será insostenible para los países de acogida hasta que el problema no se comparta de manera global. Creo que es aleccionador para la comunidad internacional que un país que tiene tan poco dé tanto.

La ONU no ha impuesto ninguna sanción a Birmania, un país que -en sus propias palabras- ha cometido “una limpieza étnica de libro”…
Las atrocidades son innegables. Escuché la historia de una joven de 19 años cuyo hermano, de tres, había sido tirado a una hoguera y su otro hermano mayor desmembrado frente a ella. Nadie se inventa algo así… La ONU ha sido muy clara en que la solución es la repatriación de los rohingyas a Birmania. El problema es que la ONU sigue sin tener acceso al estado de Rakhine y es vital que esté presente para garantizar un regreso seguro.

¿Qué diferencia esta crisis de refugiados de otras que ha vivido, como la siria en Jordania y Líbano?
Lo que la hace diferente es lo enorme y lo rápido del éxodo, que ha puesto de manifiesto la precariedad de la situación. No se trata de un flujo lento de personas que huyen, por eso es tan vital la respuesta de ACNUR, que conoce el tipo de asistencia y la estructura necesaria para poner orden en lo que es una situación muy caótica. En todos los escenarios en los que he estado he visto la resiliencia increíble de los refugiados, tratando de ayudarse a sí mismos.

¿Va a seguir implicada en esta causa o va a atender otras?
Creo que no hay una causa mayor que la de los refugiados, junto con el cambio climático. Con los polos derritiéndose habrá nuevos ‘refugiados del clima’. Como madre, y como persona con una posición privilegiada, si tengo la oportunidad de ayudar a tantas personas, tengo la responsabilidad de hacerlo.

Source

If you want to support the Rohingyas refugees through the Cate/UNHCR campaign, click in the image on the sidebar or go to the #BlanchettersForUNHCR site. Please help, if you can!

Cate Blanchett on Rohingya refugees – Interviews II

Cate Blanchett on Rohingya refugees – Interviews II

Hello everybody!

During this week, Cate has been in campaign to raise awareness and financial support for the group of refugees called Rohingyas,currently living in Bangladesh. Cate has been interviewed in different channels. Below the full ABC Australia interview and also the BBC Two – Victoria Derbyshire interview that became available this morning.


Stay Tuned!

CBF Team thanks the readers Nur and Johanna for the generous donations to support this website.

If you want to support the Rohingyas refugees through the Cate/UNHCR campaign, click in the image on the sidebar or go to the #BlanchettersForUNHCR site. Please help, if you can!

Blanchetters for UNHCR

Blanchetters for UNHCR

Hello Blanchetters!

The global fan team from the CBF Chat has been working with representatives from the UNHCR over the past few months to set up a special donation effort. The goal is to help mark Cate’s birthday by raising funds and awareness from now through May 14 to help with UNHCR’s Bangladesh mission.

This is a way for Cate’s fans to not only support a worthwhile cause but to help spread the word about what the UNHCR does and why it’s such a vital organization.

Cate herself has been notified about this effort and we have worked with two UNHCR reps to create this, both of whom have accompanied Cate to places such as Davos and recently to Rohingya.

Here is a link to the fan site https://unitedblanchetters.wixsite.com/blanchetters where you can learn more about it and then click on the Donate button which will take you to the official Cate UNHCR donation page.

Please help if you can! Any amount is helpful.

Feel free to spread the word about this campaign ! We are using the hashtag #BlanchettersForUNHCR

CBF Site is a supporter of #BlanchettersForUNHCR campaign. A direct link to the official Cate UNHCR donation page is available in the sidebar.

Cate Blanchett on Rohingya refugees – Interviews

Cate Blanchett on Rohingya refugees – Interviews

Hello everyone!

Earlier today, we published the coverage about the most recent visit of UNHCR Goodwill Ambassador Cate Blanchett to Bangladesh where she met the Rohingya refugees. Today, in her first interview after she visited the refugees, Cate talked to CNN International host Christiane Amanpour about what she has witnessed during this visit and how international community can support refugees and share the responsibility of this crisis. Cate was also asked about being an advocator to #TimesUP movement. Watch the full interview below:

Caps

Cate also talked to ABC News Australia about Myanmar leader’s Rohingya stance

Caps

UNHCR Goodwill Ambassador Cate Blanchett visits Rohingya refugees in Bangladesh

UNHCR Goodwill Ambassador Cate Blanchett visits Rohingya refugees in Bangladesh

Hello everyone!

Few days ago, Cate visited Rohingya refugees in Bangladesh. Now , on return from her visit this week, Cate is calling for urgent action to support UNHCR – the UN Refugee Agency. Read more about it and how can you help below.

UNHCR Goodwill Ambassador Cate Blanchett today warned of a “race against time” to protect Rohingya refugees from the worst impacts of the upcoming monsoon season in Bangladesh. Heavy rains, potential cyclones and adverse weather conditions are threatening to put more than one hundred thousand Rohingya refugees living in congested settlements in Cox’s Bazar district, south-eastern Bangladesh, at serious risk in the coming months. Blanchett, on return from a visit to Bangladesh this week, is calling for urgent action to support UNHCR – the UN Refugee Agency – and its partners, working with the Government of Bangladesh, to avoid an “emergency within an emergency”.

Since August 2017 over 671,000 Rohingya refugees from Myanmar have sought safety in Bangladesh. “The Rohingya refugees have already experienced targeted violence, human rights abuses and horrific journeys. They have shown unimaginable resilience and courage,” Blanchett said, speaking at the end of her visit to Kutupalong, Nyapara and Chakmarkul settlements near Cox’s Bazar this week. “But now, as the monsoon season approaches, the Government of Bangladesh, supported by UNHCR and its partners, are in race against time to ensure the refugees are as safe as they can be to deal with potential floods and landslides.”

“I’ve seen first-hand how UNHCR – with its partners and with the refugees themselves – are working flat out to avoid an emergency within an emergency in Cox’s Bazar district. Staff are on the ground distributing shelter and pre-monsoon kits to the vulnerable families, reinforcing roads, bridges, steps and other infrastructure that risk being washed away, and relocating families to safer places where land is available. But more is urgently needed to ensure refugees stay safe,” Blanchett continued.

Calling for the international community to show solidarity and share the responsibility of this crisis with Government and people of Bangladesh, Blanchett added, “The people of Bangladesh and host communities have been the first to respond to this crisis, supported by agencies like UNHCR and its partners. But I cannot stress how much more help is needed for these vulnerable stateless refugees, the majority of whom are women and children. This is the fastest growing refugee crisis in the world, the monsoons are coming and it is critical that the international community, private sector and individuals all do what they can to support these stateless refugees and the communities hosting them.”

The Rohingya are a stateless Muslim minority. Since violence began on 25 August 2017 in Myanmar’s Rakhine State, over 671,000 refugees have fled to Bangladesh. The Government and people of Bangladesh have shown tremendous generosity and hospitality in the face of this influx. Faced with acute risk of an emergency within the emergency, UNHCR and its partners are supporting the Bangladesh Government in Cox’s Bazar to prepare both refugee and host communities ahead of the monsoon season.

Kevin J. Allen, Head of UNHCR’s emergency operation in Cox’s Bazaar, Bangladesh said, “Bangladesh saved thousands of lives when it opened its borders and arms to Rohingya refugees. It is now critical that we stand firmly with Bangladesh and the refugees we serve to protect them from cyclonic winds and heavy rains.”

UNHCR is working to build dignified and decent lives for the stateless Rohingya refugees in Bangladesh, including access to healthcare, education, shelter and self-reliance. The solutions to this refugee crisis lie in Myanmar, and UNHCR has therefore called on Myanmar to create conditions in Rakhine State that would permit the safe, dignified and sustainable repatriation of refugees who voluntarily choose to return to their homes. UNHCR is calling for unfettered humanitarian access to all communities and to all areas of origin and potential return in Rakhine State and has offered to support the Government of Myanmar to rapidly implement the recommendations of the Advisory Commission on Rakhine State.

This week, a new inter-agency donor appeal for Bangladesh announced funding requirements of US$951 million through to December 2018 to assist refugees and host communities affected by the refugee influx. UNHCR is seeking US$196.3 million to continue its work providing lifesaving assistance and protection for the Rohingya refugees supporting host communities.

Source

An exclusive interview with UNHCR Goodwill Ambassador Cate Blanchett will be broadcast on CNN International at 14.00 EST and 17.00EST on Wednesday 21st March 2018

UNHCR Goodwill Ambassador Cate Blanchett today warned of a “race against time” to protect Rohingya refugees from the worst impacts of the upcoming monsoon season in Bangladesh.

Blanchett was visiting south-eastern Bangladesh where over 671,000 children, women and men from Myanmar have sought safety since last August.

With wet season rains due next month, more than 150,000 refugees are at risk of landslides and floods, in what could become a disaster on top of the current emergency.

In Chakmarkul settlement Blanchett met with 28-year-old Jhura who fled Myanmar with her two children when her village was attacked six months ago. She now lives in a bamboo shelter built on the side of a steep hill.

“The monsoon is coming and I’m scared that the wind will blow away the roof. There are shelters above mine that would fall on us if there is a landslide. The ground will be slippery and I worry that it will be difficult to get about,” says Jhura, who became separated from her husband, whom she fears may have been killed.

“In Myanmar I was in a better house but I was still in fear of the monsoon – the roof would sometimes fly away and my children would sometimes get sick,” Jhura told Blanchett.

Blanchett met with other refugees at a transit centre supported by UNHCR, the UN Refugee Agency, as well as a temporary learning centre, an integrated women’s centre, a community kitchen and a livelihoods training centre.

Blanchett also spent time with a refugee singer, Mohammed, who supports his family by writing and performing poetic songs, known as ghazals, inspired by the events, stories and concerns of the refugee community. He performed a new ghazal about the Rohingya community’s fears about the upcoming monsoon, singing “if the rains come and the cyclones attack … what will the world do?”
[…]

Source 2

Full Video

Stay tuned!

DONATE

New interview with Cate Blanchett for DH.be

New interview with Cate Blanchett for DH.be

Hello Blanchetters!

Cate Blanchett talked to Belgian newspaper DH.be in a interview published 50 days ahead of her debut as Jury President of the Festival de Cannes 2018. The interview is in French. Enjoy!

Cate Blanchett, actrice de tous les superlatifs

Que représente le festival de Cannes pour vous ?
“Je viens à Cannes depuis des années comme actrice, comme productrice, pour les soirées de gala et pour les séances en compétition, pour le marché même. Mais je ne suis encore jamais venue pour le seul plaisir de profiter de la corne d’abondance de films qu’est ce grand festival !”

Aimez-vous le cinéma français ?
“J’ai une grande admiration pour le cinéma français. En France, le monde du cinéma offre une palette tellement riche et merveilleuse. Malheureusement, ce n’est pas vraiment le cas en Australie. J’aime beaucoup le Festival de Cannes, qui est pour moi l’un des plus beaux festivals du cinéma, à tel point que j’y suis déjà allée en simple touriste. C’était il y a fort longtemps…”

Quel est le look idéal pour fouler les marches ?
“Nous, les actrices, nous avons un privilège. Ce privilège, c’est que beaucoup de designers nous sollicitent pour porter leurs créations. Vous savez, 50 % de mon métier consiste à passer dans les mains de ces véritables artistes. L’image est essentielle au cinéma et il leur faut parfois qu’une dizaine de minutes pour transformer mon air de maman fatigué en un teint lumineux ! Le secret, c’est de faire ami ami avec son coiffeur et son maquilleur. Dites-vous bien que sans eux, sans leur aide, je ne serais pas là où j’en suis aujourd’hui ! Maintenant, si vous arborez une robe Armani couture taillée sur mesure, les chances d’irradier sont encore plus grandes ! Bien souvent, je choisis de porter ce que mon instinct me dicte de porter ! Mon dressing est globalement rempli de fringues coup de cœur. Et donc pas nécessairement des griffes. J’aime les robes aux formes fluides, simples, nettes, qui ne m’écrasent pas et qui ne m’engoncent pas. J’aime m’en tenir aux valeurs sûres. Je constate d’ailleurs être souvent
attirée par les robes vintage. C’est furieusement tendance, paraît-il…”

Comment êtes-vous passée des planches au grand écran ?
“Ma conscience d’actrice est née au théâtre. A mes yeux, les gens paraissent toujours plus beaux, plus grands et plus charismatiques lorsqu’ils se produisent sur scène (rires). Quand j’étais à l’école de Théâtre, c’est là que je me suis dit : “Allez, je tente l’aventure”. Il faut dire aussi qu’avant ça, je m’étais retrouvée, après le décès de mon père d’une crise cardiaque, dans une école religieuse très stricte. Je viens d’un milieu bourgeois et assez rigide. Cela ne m’a pas empêché d’avoir une enfance heureuse. Épanouie. Même si mon père, qui était officier dans la marine et ma mère, auraient préféré que je devienne avocate ! Cela dit, enface d’eux, j’ai bien su défendre mes propres intérêts, mes propres ambitions ! La seule façon de m’évader dans ma tête, c’était en montant sur les planches du théâtre ! J’avais dix ans ! Au fil du temps, j’ai connu beaucoup d’actrices très douées qui jouaient dans des pièces et qui tournaient quelques films. Mais ces dernières semblaient végéter. En attente permanente de quelque chose. Dans l’expectative. C’est à ce moment que j’ai compris que lorsque vous exercer ce métier, il faut
accepter le fait que votre téléphone puisse ne pas sonner. Il faut aussi être capable de gérer un fort niveau de rejet et franchement je n’étais pas vraiment sûre d’en avoir le courage.”

comment percevez-vous votre talent ?
“La seule chose dont je sois consciente à ce propos, c’est que certaines personnes pensent que j’en ai ! (rires). Ce n’est pas à moi de commenter ou de valider cette qualité que l’on me prête ! Je l’avoue, c’est toujours très agréable de constater qu’un film dont on est fière trouve aussi un écho favorable auprès du public. Vous savez, le but quand vous faites un film ce n’est pas qu’il finisse par prendre la poussière au fin fond d’une collection de DVD. Le but, c’est de booster l’imagination. Quand j’étais enfant, je passais plutôt beaucoup de temps sur mon vélo! Je parcourais parfois des kilomètres pour aller à la rencontre de gens ou d’endroits que je ne connaissais pas. Mon ambition, c’était de devenir Nancy Drew (Ndlr : une jeune détective fictive qui adore élucider toutes sortes d’affaires). Dès que je rencontrais quelqu’un d’étranger, je prenais un malin plaisir à prendre des notes sur lui. à le décrire et à gribouiller une sorte de portrait-robot. J’avais une imagination très fertile en ce temps-là et bien souvent j’échafaudais des histoires abracadabrantes. Du style : ce gars est un criminel en puissance et va emménager dans la maison a cote de chez moi ! C’est fou ce qu’on peut aimer se faire peur quand on est gamin ! (rires)”

Comment vous préparez-vous pour incarner un nouveau personnage ?
“Je ne suis pas une actrice qui ramène son rôle à la maison tel un ingénieur qui a un dossier à étudier. Je crois surtout que la vraie originalité de mon métier, c’est de vivre par procuration différentes vies. Des vies, des destins qui sont souvent à des années lumière de ce que vous êtes dans la réalité. Si l’on devait trucider quelqu’un à chaque fois que l’on interprète une criminelle, on ne s’en sortirait plus ! (Rires).”

Est-ce un handicap pour une actrice d’avoir quarante ans ?
“Je pense que les actrices de plus de 40 ans sont en train de prendre une belle revanche à Hollywood. On ne les regarde plus comme des pestiférées, au contraire, on les respecte ! Il aura fallu du temps. Cela devenait usant de se battre contre ces a priori. Je pense que l’on peut toutes d’ailleurs remercier des actrices comme Meryl Streep ou Diane Keaton. C’est grâce à des femmes de cette trempe que nous avons pu démontrer que l’âge n’avait pas à interférer. Que le plus important pour une actrice c’était sa capacité à délivrer des émotions et à transporter son public ailleurs. J’ai toujours été contre ces institutions ou ces personnes qui essayaient de vous faire rentrer dans des cases. Qui essayait de vous imposer un cadre, un moule, une norme. Un acteur, une actrice ne peut pas être
normée car sa fonction même, son essence même est d’offrir une infinité de palettes, de nuances. Et le fait de vieillir en fait partie. Quand j’entends dire parfois qu’untel ou untel est fait pour jouer dans des films
d’action et qu’untel ou untel est plus doué pour être à l’affiche d’une histoire d’amour, cela me met hors de moi. C’est la même chose si j’entends que telle actrice ne plus jouer un rôle de femme fatale sous prétexte qu’elle est en train de s’approcher du cap de la quarantaine. Quelle idiotie ! C’est comme si je disais que la personne qui a décrété ça n’a plus les neurones bien en place parce qu’elle a plus de 50 ans ! (rires). C’est ce qu’on appelle faire un procès d’intention ! Aujourd’hui, on voit sur les écrans, des femmes bien en chair et pour certaines très en chair. On voit aussi des acteurs qui n’ont pas forcément un physique de play-boy, de tombeur. Hollywood a su se
réformer en profondeur en sortant des stéréotypes. C’est la même chose avec les actrices de plus quarante ans. Aujourd’hui les bons rôles ne sont plus derrière nous mais devant nous.

A nous de savoir les saisir !” Les critiques vous atteignent-elles ?
“Quand vous décidez de devenir actrice, vous devez avoir une peau bien épaisse mais aussi avoir une membrane très fine pour exprimer vos émotions.C’est un équilibre très difficile à atteindre.”

Comment faites-vous pour gérer votre vie professionnelle et votre vie de maman ?
“Il faut avoir de l’énergie à revendre. C’est un job quasiment à plein-temps ! Lorsque j’ai commencé à prendre des cours d’art dramatique, ma grand-mère avait l’habitude de me répéter : ‘Quand tu joues une pièce, allume les petites lumières de la création qui se trouvent dans ta tête. Mais dès que tu rentres chez toi. éteins-les et redescends sur Terre. Il y a un temps pour l’abstrait et un temps pour le concret” Elle avait raison et c’est d’ailleurs ce que je m’efforce de faire avec mes enfants. Il y a un temps pour le boulot et un autre pour eux ! Est
ce que ça marche ? Probablement non ! Comme toutes les femmes qui ont une activité professionnelle intense et des enfants à gérer à la maison, je compose. Je m’organise. Je jongle avec mon emploi du temps. Cela ne sert rien de lever les yeux au ciel. Quand on est une mère, on se doit de trouver des solutions. Si je sais, par exemple, que si je dois me rendre sur un set à 6h30 du matin, je m’efforce de préparer le petit-déieuner. Comprenez, sortir les bols, les cuillères, le lait. etc. Je compte ensuite sur mon mari pour débarrasser et nettoyer les débordements de céréales.”

Quel regard portez-vous sur l’humanité ?
“Quand j’étais au Lycée et que j’étudiais les guerres qui ont duré pendant 400 ans au Moyen âge ou en Grèce antique. Comment peut-on faire la guerre pendant 400 ans ? Je pense que nous sommes actuellement dans une période similaire. A un moment, il faut arrêter la loi du Talion.”

Comment envisagez-vous votre avenir ?
“Ce qui est sûr, c’est que je n’ai aucune envie d’aller en mission sur Mars ! (rires). Je suis très heureuse de vivre sur cette planète, même si les calottes polaires sont en train de fondre. Qu’est-ce qui me motive ? Je suis
toujours intéressée de vivre de nouvelles choses, il y a toujours des expériences que l’on n’a pas faites, des aventures qu’on n’a pas vécues. Tout cela émerge toujours au travers de conversations. Et quand quelqu’un que vous admirez beaucoup vient vous voir avec une idée à laquelle vous n’avez jamais pensé, c’est très séduisant. Le processus créatif, ce sont ces échanges verbaux, que ce soit à récran ou sur les planches. Je trouve ça très stimulant. Cela me maintient dans la vie sociale, parce que sinon j’ai tendance à être plutôt ermite.”

Vous êtes une passionnée d’art. Vous possédez plusieurs œuvres…
“Je suis une humble collectionneuse d’art. Mais je crois fermement que nous ne sommes que les gardiens temporaires de ces œuvres et en aucun cas les propriétaires ! Ces objets ont une valeur, une empreinte, une fonction qui est bien plus large que notre propre existence. Ils dépassent la notion de temps mais aussi nos frontières. On appelle cela la culture et la culture c’est à la fois intemporel et universel ! Je n’ai pas de Picasso ni de Rembrandt à la maison et quand bien, même si j’en avais les moyens, je ne voudrais pas en être la personne qui détient une telle œuvre chez elle. C’est une responsabilité énorme vous savez ! Je me rappelle la première fois que je me suis rendue à Galleria degli Uffizi en Italie. J’étais époustouflée de voir autant d’œuvres que j’avais étudiées. On a beau dire mais les reproductions sur lesquelles j’ai disserté n’étaient pas aussi bonnes, aussi éclatantes que les peintures originales.”

Vous attendiez-vous à arriver là où vous êtes aujourd’hui ?
“Je n’ai jamais eu l’intention d’arriver où que ce soit en particulier. La première étonnée, c’est donc moi ! Je n’en reviens toujours pas d’avoir été si haut ! Maintenant, quand je choisis un rôle, c’est parce que le scénario
me plaît bien et non parce qu’il est oscarisable. Je ne fais pas ce genre de calcul ! Quand on me décerne un prix, je suis vraiment étonnée. Parfois, je me dis même que je méritais de revenir bredouille parce que je n’étais pas à la hauteur ! Je songe notamment à ma performance dans Blue Jasmin. Après le clap de fin, je me trouvais tellement
horrible que je m’étais jurée que je ne travaillerais plus jamais au cinéma ! Parfois ça ne fonctionne pas. On n’arrive pas à se connecter avec le public. Parfois on n’en fait trop ou pas assez. Parfois un directeur de studio élimine la scène la plus importante sans vous en informer. Vous savez, il y a tellement de choses qu’on ne contrôle pas dans une production. Il faut juste se connecter avec le pudiic. Parfois on n’en fait trop ou pas assez. Parfois un directeur de studio élimine la scène la plus importante sans vous en informer. Vous savez, il y a tellement de choses qu’on ne contrôle pas dans une production. Il faut juste continuer à avancer et avec un peu de chance, un jour, on peut prendre sa retraite ! (rires)”

Comment occupez-vous votre temps libre ?
“J’adore faire des confitures ! Rhubarbe et pamplemousse. D’après mes enfants, ma production est comestible !”

Source

Post Archive:

Page 4 of 246 1 2 3 4 5 6 7 246